Actualités

Le pouvoir en place veut contrôler Fontamara jusqu’à Cité Soleil par le biais des gangs armés. Marie Yolène Gilles

Après la communication publique du rapport de l’organisation de défense des droits humains
« Fondasyon Je Klere » (FJKL) faisant état de la conjoncture sécuritaire du pays. La Directrice exécutive de FJKL, Marie Yolène Gilles apporte ce mercredi 24 juin 2020 des détails dans la presse à propos de ce rapport publié le 22 juin 2020 portant sa signature.

« Le massacre de La saline a eu lieu suite aux événements du 17 octobre 2018. Pour donner une réponse, aux bandes armées de l’opposition se trouvant au Pont-Rouge, explique Marie Yolène Gilles, les gangs se sont fédérés. Cette année, le Président Moïse veut démontrer qu’il peut aller déposer la gerbe de fleurs le 17 octobre 2020 comme veut la tradition, c’est la raison pour laquelle ces ramifications de gangs armés dans l’aire métropolitaine », confie la militante des droits de l’homme.

La FJKL dénombre plus de 150 foyers de gangs à travers le pays mais certains sont plus actifs que d’autres, indique Madame Gilles. Il y a aussi des bandits armés dans la commune de Moron, à Abricot, à Jérémie mais ce n’est pas comme le groupe « 400 marozo » ni comme
« base pilate », poursuit-elle.

« Le pouvoir en place veut contrôler Fontamara jusqu’à Cité Soleil par le biais des gangs armés. C’est la mission de la fédération G9 dirigée par Jimmy Cherisier dit Barbecue ayant aussi le chef du groupe « base pilate », Ezechiel Alexandre qui est un policier en fonction identifié à la PNH au numéro « 11- PP – 0689 », indique la responsable de FJKL.

Quand la police arrive parfois dans ces zones, les agents de police se font complice des bandits, mentionne Marie Yolène Gilles. Le 13 avril 2020, continue-t-elle, les bandits ont incendié des maisons à « Tokyo », ils ont pillé, violé, tué de paisibles citoyens. Aucun bilan exact ne peut être effectué car la situation est toujours tendue. Les bandits emportaient parfois les cadavres, souligne l’ancienne membre du RNDDH.

« Si ce complot arrive à aboutir par les bandits, Haïti va être arrivée à son terme. Ce sera preuve d’un État voyou, un État délinquant, prédit la directrice de FJKL, qui enchaîne en sollicitant une enquête internationale de la part du haut commissariat des droits de l’homme
( HCDD).

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: CARRIEREEVENS@yahoo.fr

Suivez-nous sur

Facebook

Creation site internet haiti

Désactivez votre bloqueur de publicités pour continuer et encourager notre travail

Merci de votre intérêt à lire sur notre site. Cependant nous avons détecté qu'un bloqueur de publicités est activé sur votre appareil. Merci de mettre notre site sur liste blanche dans votre bloqueur d'annonces. Nous n'avons aucun financement. Les publicités nous aident à poursuivre notre travail.