Politique

Le Premier ministre Joseph Jouthe présente des excuses à la population, aux membres du gouvernement

SUJET:  ,   ,   ,   .

Lors d’une interview accordée à un média de la capitale, le chef du gouvernement Joseph Jouthe présente ses excuses publiques à la population et aux membres du gouvernement concernant ses déclawrations privées enregistrées et publiées sur réseaux sociaux par une personne inconnue.

Le premier ministre Joseph Jouthe dit qu’il a une idée d’un suspect à l’origine de l’enregistrement de sa conversation. Il se rappelle avoir vu un journaliste dans les parages. «C’est probable qu’il était derrière la porte », essaye de deviner PM Jouthe Joseph

 « C’est une conversation privée que j’avais eue avec un sénateur dans la ville de Hinche (Plateau Central), parce qu’il y avait un problème dans la ville depuis une vingtaine de jours. Un peu partout se trouvaient des barricades, du feu… le samedi (9 mai) j’étais de passage dans le département pour désamorcer une bombe  », a raconté Joseph Jouthe. 

En effet, le Premier ministre Joseph Jouthe explique qu’à la base de ce problème, deux cent (200) personnes ont été nommés dans plusieurs ministères de manière irrégulière, sans respect d’aucun principe administratif, ils ne sont reconnus ni par LʼOMRH ni par le ministère des finances. 

Le chef de la Primature présente ses excuses à la population, aux membres du gouvernement et le ministre des finances M. Patrick Boisvert en particulier qu’il risque de choquer. Il dit qu’il sera plus prudent une prochaine fois. Cependant le Premier ministre Joseph Jouthe se dit n’être pas accroché à son poste de Premier ministre.  

Joseph Jouthe n’est pas attaché à son poste

 Ne  craignez-vous pas que ce message vocal affecte votre poste, votre mission, le nombre de jours que vous allez passer à la Primature ? demande un journaliste.

« le nombre de jours que je vais passer à la Primature est secondaire pour moi. C’est un momentum qui me met là où je suis. Un poste de Premier ministre est un poste d’un moment. Avant d’être Premier ministre, j’étais ministre, avant d’être ministre j’étais quelque part », a-t-il répondu.

Son passage dans le Centre

Il faut rappeler que le Premier ministre, Joseph Jouthe, s’était rendu dans la ville de Hinche, chef lieu du département du Centre, le samedi 9 mai 2020,  en vue de rencontrer des employés de plusieurs institutions publiques qui réclamaient le paiement de plusieurs mois d’arriérés salaire.

L’objectif de cette rencontre était de trouver une issue à la crise institutionnelle qui a provoqué la fermeture du complexe administratif et de la Direction départementale de l’éducation du centre (DDEC), le 27 avril 2020, dans la ville de Hinche.

Les déclarations du Premier ministre enregistrées à son insu sont devenues virales sur les réseaux sociaux

Dans cette conversation disponible sur les réseaux sociaux, on entend Joseph Jouthe affirmer avoir désapprouvé, mais pas sans injures, le budget présenté par son ministre de l’Économie et des Finances. « Li vini avèk menm tenten bidjè a. Je lui ai dit que ce budget ne reflète pas la grande vision du président. Ale lakay ou al refè devwa w », a lancé le chef du gouvernement, se référant au ministre Boisvert.

« … Je présente des excuses publiques au gouvernement en général, plus précisément à mon collègue Boisvert, le ministre de l’Économie et des Finances. C’est quelqu’un de très correct… ». Il s’agit des excuses du Premier ministre après avoir passé un savon au ministre de l’Économie et des Finances, traité des membres de la population qui supportent des leaders politiques de « salopri », et aussi après avoir déclaré que l’État haïtien n’existe pas.

« J’ai utilisé des mots qui étaient un peu trop forts… », s’est excusé le chef du gouvernement. Cependant Joseph Jouthe a soutenu que lors de sa conversation privée avec un sénateur, laquelle a été enregistrée à son insu, les mots utilisés contre le ministre des Finances étaient dans un contexte approprié.

Sa conversation privée ayant été enregistrée à son insu, le chef de gouvernement a révélé avoir eu cette conversation avec un sénateur lors d’une visite dans la ville de Hinche. Toutefois il s’est gardé de révéler le nom de ce parlementaire. Selon les explications du Premier ministre, alors qu’il était au téléphone avec le sénateur en question, des journalistes circulaient dans les parages. Le PM indique n’avoir accusé personne et a promis d’être plus prudent la prochaine fois.

Joseph jouthe a appris une leçon

« J’ai appris la leçon, je suis désolé pour le mal que cela a causé à mon gouvernement ainsi qu’à mon ministre des Finances… », a-t-il reconnu.

Joseph Jouthe dit avoir demandé au commissaire du gouvernement de Hinche de diligenter une enquête sur le dossier afin d’identifier la personne qui avait enregistré ses propos. « J’ai donné aux autorités la liste des gens qui étaient présents au moment de la conversation… », a-t-il ajouté.

Pour Jouthe, Haïti n’existe pas.  Il ne voit pas pourquoi quelqu’un se présenterait comme candidat à la présidence pour diriger le pays. « Qu’est-ce que vous allez diriger ? Le pays n’existe pas. Il n’existe ni sur le papier ni dans le réel », a-t-il tancé, qualifiant de « salopri » les membres de la population qui soutiennent ces leaders qui, selon le Premier ministre, sont liés à des gangs.

« Je ne ressemble pas à l’État. Si je savais comment faire pour détruire l’Etat, je l’aurais déjà fait. En Haïti, vous avez beaucoup de gens qui ont le statut d’homme et de femme d’Etat… Je ne suis pas un politicien, je me demande ce que je fais là … », a-t-on retenu dans cette conversation entre le chef du gouvernement et des personnes non identifiées.

https://www.constanthaiti.info/il-faut-ecrire-la-covid-19-le-terme-est-feminin-selon-un-rappel-de-lacademie-francaise/

Constant Haïti ©

Afficher plus