Port-au-Prince/Insolite : les bandits promettent paix et sécurité, confie Jean Rebel Dorcénat

5
broken images

Le président de la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion (CNDDR), Jean Rebel Dorcénat laisse croire ce vendredi 12 juin 2020 dans la presse haïtienne que les bandits de Port-au-Prince promettent d’établir la paix et la sécurité dans tout l’arrondissement.

Selon les explications de Jean Rebel Dorcénat du CNDDR, Iska et Krisla ont rencontré Mikanor pour qu’il n’ait pas de cas de viol au wharf de Jérémie. Les armes doivent cesser de chanter dans la capitale, n’importe qui doit pouvoir passer à n’importe quelle heure à Martissant, au bicentenaire, même à 2 heures du matin, ont déclaré ces chefs de bande criminelle, si l’on croit Jean Rebel Dorcénat.

« Il n’y a pas de gang en Haïti. Je l’ai beaucoup répété, précise le responsable de la CNDDR. Il y a que des groupes armés. Ces gens que vous appelez gangs n’ont pas d’autres préoccupations que la période électorale pour être  au service d’un candidat quelconque. Il disent qu’ils sont des acteurs sociaux, des leaders, continue Monsieur Jean Rebel Dorcénat. Ils avouent qu’au moment des élections, des manifestations, des membres de l’opposition ont l’habitude de leur donner de l’argent pour rassembler des personnes, renforcer les mouvements et parallèlement le pouvoir en place en donne aussi pour empêcher ou opposer à ces activités », rapporte-il.

La CNDDR a pour mission de rencontrer les groupes armés, de dialoguer avec eux, de leur encourager de déposer les armes, d’arrêter de tirer tout en leur donnant une autre alternative. Pour cela, l’État doit donner à la commission les moyens nécessaires, indique le commissaire.

À propos de l’union des 9 groupes armés dénommée « G9 » dont Jimmy Chérisier dit Barbecue en serait un membre, selon les dires de Pierre Espérance du RNDDH . Jean Rebel Dorcénat avoue que Barbecue l’a aidé à réaliser plusieurs activités, telles que le pacte pour la paix à croix-des-Bossales. Toutefois,, mentionne-t-il, il y a des sujets autour desquels il est à couteaux tirés avec Jimmy Cherisier alias Barbecue.

« Les membres de ces gangs armés de la capitale déclarent que leurs nouvelles revendications sont d’ordre social. L’insécurité va être bannie. L’un de leurs soucis reste l’amélioration des conditions de vie des habitants de Delmas 2 car mêmes des latrines, certaines maisons en sont dépourvues, raconte le responsable de la CNDDR. Les bandits annoncent une structure qui va permettre de mieux contrôler la bonne marche des localité dites zones de non droit où chaque contrevenant aux mesures au niveau de la troupe sera sanctionné publiquement.

Jean Rebel Dorcénat conseille à l’État de profiter de cette paix relative pour la sauvegarder en permettant à la CNDDR de se procurer les moyens de fonctionnement nécessaires tout en répondant aux besoins élémentaires des gens de ces zones. Dans le cas contraire, dit-il, la situation va être plus grave.« Sa k ap vini an pa piti. Se ti bouton ki mennen maleng. Nan ane sa oubyen avan lontan java », prévient-il.

D’après le représentant de la CNDRR, sans un accord entre l’État et les groupes armés, il va arriver un moment où un président élu ne pourra pas être installé pour cause d’insécurité.

Evens Carrière,Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: CARRIEREEVENS@yahoo.f
r

Haïti : Des maisons en construction sur le site touristique de Bois-Caïman