Société

Menacé par Edouard Baussan, le journaliste Juno Jean Baptiste va porter plainte à la DCPJ et saisir la CIDH

« Contrairement aux désinformations diffusées par beaucoup de gens, je n’ai pas été menacé de mort par Edouard Baussan. J’ai reçu un appel téléphonique de l’homme d’affaires et ses propos sont pour moi une menace », a précisé, d’entrée de jeu, Juno Jean Baptiste. Le co-animateur de l’émission « Boukante lapawòl » sur Radio Méga s’est prononcé lors d’une interview ce lundi 31 octobre 2022. « Je vais porter plainte à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ensuite, écrire la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) », a-t-il annoncé.

« Le jeudi 21 octobre dernier, j’ai reçu un appel de Monsieur Edouard Baussan de la UNIBANK. Il est actionnaire de cette banque commerciale et responsable de la CPS. C’est un homme puissant du secteur privé des affaires en Haïti. Il m’a clairement dit : Juno, je ne pensais pas que tu étais un vagabond à ce niveau. Nous avons l’habitude de se parler pourtant tu attaques mon intégrité à la radio. Je ne croyais pas que tu pouvais commettre une telle action », a rapporté Juno Jean Baptiste pour revenir sur les faits.  L’ancien rédacteur du journal Le Nouvelliste, pour continuer, a mentionné qu’il a réellement l’habitude de parler à Edouard Baussan au sujet de la vie politique du pays, la difficulté des élites politiques et économiques à s’unir afin de donner une autre direction au pays.

La colère de l’homme d’affaires est le résultat d’une analyse formulée par Juno Jean Baptiste dans son émission, a en croire ses explications. « Au cours d’une émission, j’ai fait une analyse touchant le fonctionnement des banques en Haïti. J’ai repris un concept de l’économiste Garry Aurélus qui est 
« Bankster » pour affirmer qu’ils n’existent pas de banquiers en Haïti, il y a uniquement des Bankster, gangsters qui font des spéculations négatives sur le dollar pour gagner de l’argent ».

« J’ai clairement questionné, lors de cette analyse, les réalisations de l’ensemble des banquiers du pays. Est-ce qu’ils ont créé un centre de loisir? Une école? Une université ? Dans toutes les sociétés organisées, les banquiers accumulent des fortunes mais ils investissent dans le pays sur le plan social. En Haïti c’est tout le contraire », a rappelé le communicateur. « Pour le développement d’Haïti, il nous faut une nouvelle classe économique non seulement versée dans la production mais qui aime Haïti, qui ne considère pas le pays comme une terre de transit », a-t-il ajouté  

« Je n’ai mentionné de nom à aucun moment de mon analyse », jure Juno Jean Baptiste. « J’ai fait une critique générale. Je lance un appel solennel à la population haïtienne pour faire savoir que ma sécurité et celle de ma famille sont entre les mains de M. Baussan. Je sais que c’est un homme ultra-puissant, ayant le contrôle du pays à un certain niveau. C’est pourquoi je vais porter plainte à la DCPJ et écrire la CIDH », a martelé le journaliste.

Evens CARRIÈRE, Journaliste