Police

SPNH-17 annonce une mobilisation populaire pour lundi prochain

SUJET:  ,   .

Pour dénoncer le phénomène d’insécurité grandissante dans le pays et en vue de réclamer justice pour plusieurs policiers assassinés à la fin du mois, le syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH-17), annonce une mobilisation populaire pour le lundi 7 septembre 2020. Tous les policiers sont invités et doivent être en tenue de travail, précise le coordonnateur général du SPNH-17, Jean Elder Lundi.

« Le syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17), apporte un démenti formel à propos des allégations des autorités policières faisant croire que l’ancien Porte-parole du syndicat de la police, Abelson Grosnègre, révoqué de l’institution était déjà sanctionné. Pour le syndicaliste, c’est une tentative de la part du haut commandement de la PNH pour détruire le SPNH-17 ».

Jean Elder Lundi enchaîne en dénonçant l’assassinat de plusieurs de ses frères d’armes dont l’agent du CIMO, appelé Luckson, celui du SWAT, Khadafi Saphir et autres. Les responsables de la PNH doivent prendre toutes les mesures nécessaires afin de rétablir la sécurité dans le pays, tance-t-il.

Le rendez-vous est fixé le lundi 7 septembre 2020 par les responsables du SPNH-17, au carrefour aéroport dit « kafou rezistans » à 10 heures du matin.

« Parents et familles des policiers, ouvriers, policiers, étudiants, marchandes sont tous invités à cette mobilisation de rue », souligne Jean Elder Lundi qui poursuit en mentionnant que les policiers doivent porter l’uniforme de la PNH.

Venez dire non, venez leur dire que nous voulons vivre, soutient l’inspecteur de police. Ça va être une activité pacifique car la bataille syndicale est une bataille pour le respect des droits de la personne humaine. Nous allons faire entendre nos voix avec beaucoup de discipline, explique le syndicaliste.

Gédéon Mombrun de son côté indique que l’intention des autorités de l’IGPNH est de violer la convention de 1987 ainsi que celle de 1998, relative à liberté syndicale, signées et ratifiées par Haïti.

Le policier critique la décision prise par le haut commandement de l’institution policière révoquant le Porte-parole du SPNH-17, Abelson Grosnègre, dans un contexte où des policiers sont en train d’être assassinés. « le policier chevalier, l’agent de policier de la 27ème promotion travaillant au Palais national, le policier Desrameaux, Jean Brice Oslin entre autres », énumère-t-il, avant de réclamer la libération du policier Jean Pascal Alexandre, incarcéré au pénitencier national.

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12

Afficher plus