Home Actualités Voici pourquoi Jean-Charles Moïse a été expulsé des États-Unis

Voici pourquoi Jean-Charles Moïse a été expulsé des États-Unis

by Constant Haïti
0 comment

L’ancien sénateur haïtien Moïse Jean-Charles a été l’objet d’un contrôle de plusieurs agents de l’immigration américaine lundi 24 janvier 2022, alors qu’il revenait d’une tournée en Afrique. Lors du contrôle, des contacts douteux liés à un cartel de la drogue ont été trouvés sur le téléphone du leader de Pitit Dessalines par les agents. Placés en garde à vue, le visa américain de Jean-Charles Moïse a été annulé pour une durée de 5 ans suite à son refus de répondre à des interrogations des agents puis il a été expulsé vers Haïti.

Des sources proches de l’incident ont déclaré que pendant sa détention, le téléphone intelligent de Moïse avait été vérifié par des agents après qu’il avait tenté de le leur cacher.

Lors du contrôle, ils ont trouvé des « contacts douteux » et des photos de lui avec des membres clés du régime vénézuélien. D’autres sources familières avec les visites de Moïse au Venezuela ont déclaré qu’au cours d’au moins un de ces voyages, il avait rencontré le numéro 2 du régime, Diosdado Cabello, le chef vénézuelien réputé d’un cartel de la drogue. Cabello et Maduro font tous deux face à des accusations de trafic de drogue aux États-Unis et ont des primes sur la tête de 10 millions de dollars et 15 millions de dollars, respectivement.

Un porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (en anglais : U.S. Customs and Border Protection ou CBP), citant les règles de confidentialité, a refusé de dire à la presse pourquoi le politicien haïtien a été expulsé et a fourni une liste de plus de 60 raisons pour lesquelles une personne titulaire d’un visa américain peut se voir refuser l’entrée aux États-Unis. Tout visiteur voyageur, citoyen américain ou résident permanent peut être soumis à une inspection secondaire à son entrée aux États-Unis. Il peut être aléatoire ou résulter d’informations préalables entre les mains d’agents du CBP. Dans le cas de Moïse, il a été signalé.

banner

Moïse Jean-Charles avait caché son téléphone

Interrogé au sujet de son téléphone, Moïse Jean-Charles a d’abord présenté un téléphone analogique non intelligent. Les agents ont ensuite retrouvé ses compagnons de voyage et récupéré son téléphone intelligent. Au fil du temps, ses photos et ses contacts n’ont pas aidé sa cause. Parmi eux se trouvait une photo avec Carolys Helena Pérez González, une ancienne ministre vénézuélienne des Femmes et de l’Égalité des genres dans le gouvernement de Maduro qui sert souvent de dépanneur et de lien entre le régime vénézuélien et ses contacts en Haïti. Selon une source, Pérez avait organisé une rencontre en juin dernier à Caracas entre Moïse et Cabello.

Moïse, qui fait souvent la promotion de ses voyages sur les réseaux sociaux, n’avait pas divulgué publiquement la rencontre, mais une photo partagée avec le Herald montre les deux hommes souriant et se saisissant en premier. Une autre photo montre les deux hommes avec Pérez debout devant un drapeau vénézuélien. Selon sa chronologie Twitter, Jean-Charles Moïse était au Venezuela la semaine du 21 juin, environ deux semaines avant l’assassinat de Jovenel Moïse, qu’il considérait publiquement comme un ennemi politique, pour assister à une célébration des « 200 ans de la bataille de Carabobo ». », qui a scellé l’indépendance du Venezuela.

Les États-Unis pensent que Cabello et Maduro dirigent le soi-disant Suns Cartel, une organisation qui implique des hauts fonctionnaires du régime et qui contrôle le trafic de drogue au Venezuela. En mars 2020, le ministère américain de la Justice a inculpé Maduro, Cabello et 13 autres responsables gouvernementaux pour trafic de drogue et a placé d’importantes primes sur leurs têtes. Le Venezuela, longtemps un ennemi diplomatique des États-Unis, est de plus en plus considéré comme un arrêt au stand pour les expéditions de drogue à destination des États-Unis en provenance de Colombie, passant souvent par Haïti ou la République dominicaine. « Apparaître sur une photo avec Diosdado Cabello est l’équivalent vénézuélien d’être photographié avec » El Chapo « Guzmán », a déclaré une source du renseignement américain surveillant les activités au Venezuela, faisant référence au violent baron de la drogue mexicain Joaquin « El Chapo » Guzmán qui purge actuellement sa vie dans un prison fédérale américaine.

Constant Haïti avec Le Herald

You may also like