Insécurité

Banditisme: Le G9 veut à tout prix contrôler Bel Air

Plusieurs morts et blessés sont recensés dans une attaque armée dans le quartier populaire de Bel Air en date du premier avril 2021. Les Habitants de la zone pointent du doigt le G9 An Fanmi et Alliés, une association des chefs de Gangs, comme étant responsable de cette pénétration armée.

Au moins trois massacres sont déjà perpétrés dans le quartier populaire de Bel Air, réputé proche du régime en place.

À la paupérisation des groupes de gangs dans le pays, les quartiers populaires connus pour les oppositions et résistances faites au régime d’extrême droite dans le pays, sont toujours la cible visée par des bandes armées, en vue d’un contrôle strict des habitants des dits quartiers.

En effet, le quartier de Bel Air, de sa position est le pont entre le palais National et Delmas 6 contrôlé par l’ex-policier Jimmy Chérisier, alias Babecue, chef de la confédération du G9 An Fanmi et Alliés.

Malgré son voisinage au Palais National, Bel Air continue de subir des actes de représailles et même plusieurs massacres, sous le regard passif ou complice des autorités étatiques. Les habitants de cette zone imputent toujours au G9 An Fanmi et Alliés la responsabilité de leur sort.

Trahi de sa conviction politique et sociale, le quartier populeux, Bel Air, serait un territoire qu’il faut à tout prix ou à tout risque avoir son contrôle.

Auteur : Mikélo ALCIMAT, journaliste
Contact : (+509)38805023
alcimatmikelo2@gmail.com


Bouton retour en haut de la page